La Musique Old Time des Appalaches

The Bogtrotters.
The Bogtrotters.
Si l’on connait les origines du bluegrass, il est beaucoup plus difficile de situer celles de la musique dite old time. Le problème étant qu’il existe non pas une mais des musiques old time différentes selon la région dont elles sont originaires et cela peut varier à quelques kilomètres près. Ce sont des émigrants écossais et irlandais qui, dès la fin du 18ème siècle, avaient colonisé cette région qui comprenait la partie appalachienne des états de Caroline du Nord, Virginie, Tennessee, Kentucky et Virginie occidentale et avaient amené avec eux leur très riche culture musicale.

Les types de la musique old time

On distingue trois types de musique dans la tradition des Appalaches.

D'abord, il y a les vieilles ballades, le plus souvent chantées a capella ou accompagnées parfois au dulcimer et souvent chantées par les femmes.

Le second genre musical présent dans cette région est la musique religieuse. Les cantiques ont bien souvent les mêmes mélodies que les ballades. Ces cantiques sont harmonisés pour trois ou quatre voix : ténor, mélodie, basse et baryton. Il faut souligner que ce sont ces harmonies vocales traditionnelles dont Bill Monroe s’est inspiré pour le bluegrass.

Le troisième style musical est la musique de danse. Les deux instruments utilisés sont le violon et le banjo. Le premier instrument était le violon amené dans le maigre bagage des émigrants écossais et irlandais et avec lui le répertoire traditionnel. La date d'arrivée du banjo n’est pas précise, probablement vers 1850. Ce qui est certain, c'est que cet instrument d'origine africaine facile à construire et s'adaptant très bien à la musique locale est devenu rapidement un élément indispensable de cette musique. Les répertoires du violon et du banjo généralement se chevauchent ; c'est-à-dire que pour un morceau donné au banjo, on trouve généralement sa contrepartie au violon.

Ce qui fait la particularité de la musique de danse des Appalaches, c'est l'utilisation pratiquement perpétuelle des bourdons qui lui donne ce son particulier qui n'est pas sans rappeler celui de la cornemuse. L'utilisation des bourdons est commune à tous les instruments utilisés dans cette région. Au violon, ces bourdons étaient obtenus en jouant pratiquement sans arrêt sur deux cordes adjacentes. Sur le banjo, cet effet résulte de l'usage continuel de la cinquième corde (la plus courte). Selon la mélodie, les instruments étaient accordés différemment, on utilisait les notes principales de la gamme ou du mode de façon à avoir le plus possible de cordes à vide. Il existait donc cinq ou six accordages courants pour le banjo et presque autant pour le violon.

La musique old time utilisée pour la danse se caractérise surtout par un rythme rapide et une accentuation des contretemps où les rythmes complexes du violon s'entremêlent avec ceux du banjo.

Tommy Jarrel & Lulu Belle.
Tommy Jarrel & Lulu Belle.
Hoyt Ming.
Hoyt Ming.
Wade Ward, 1937.
Wade Ward, 1937.

Le désenclavement des Appalaches

Au début du 20ème siècle, les Etats-Unis commencent à s'industrialiser de façon intensive, les besoins en énergie sont très importants. Les Appalaches, en particulier leur partie méridionale, regorgent de charbon. Un problème se pose cependant : pour amener le matériel et évacuer le minerai il faut des routes, des chemins de fer. Dans cette contrée faiblement peuplée qui vivait depuis plus d'un siècle repliée sur elle-même, on va donc voir arriver une nuée d'émigrants attirés par les bons salaires que versent les compagnies charbonnières. Ce sont des petits blancs du Sud et des noirs nouvellement libérés de l'esclavage. Plus tard viendront s'y ajouter des italiens et des slaves.

Dans cette région, on n'avait jamais vu de noirs, aussi peut-on s'imaginer le choc que représente l'arrivée de cette nouvelle population. Choc essentiellement culturel entre une population locale d'origine celtique et une population noire américaine encore très africaine pétrie de blues ; mais surtout, les noirs utilisent un instrument de musique pratiquement inconnu dans cette région, la guitare. Cet instrument va provoquer une véritable fascination sur les jeunes montagnards qui vont très rapidement l'adopter car son apprentissage est moins rébarbatif que les anciens instruments. Il permet surtout d'accompagner le chant beaucoup plus facilement. C'est aussi grâce à la guitare et à l'influence du blues que la musique des Appalaches va déboucher sur une nouvelle forme que l'on appellera « old time country music ».

Avec l'ouverture des mines, une foule d'émigrants va bientôt arriver et chacun apportera avec lui ses particularités culturelles et surtout sa musique. Ces nouveaux instruments, ces nouvelles sonorités, tout comme la guitare, le montagnard va les intégrer à sa musique avec sa propre sensibilité. La mandoline amenée par les émigrants italiens sera très vite adoptée. Les slaves amèneront avec eux des rythmes nouveaux : polka et valse qui seront intégrés par les montagnards.

Parmi les nouveaux instruments, il ne faut pas oublier de citer l'autoharpe ou cithare à accords inventée en 1881 par Charles Zimmermann qui devait en principe servir à apprendre la théorie musicale à ses élèves. Malgré les inconvénients de cet instrument (difficulté d'accordage entre autres), il devint très vite populaire dans les Appalaches où les montagnards le considéraient comme une sorte de dulcimer, certains l’appellent aussi « dulciharp ». Avec l'ouverture des mines et l'arrivée de nouveaux émigrants, un mode de vie nouveau va se développer. Les mines ont besoin de matériel, les mineurs doivent se loger, se nourrir, se vêtir. Des villages vont se créer, des usines vont s'installer. Les jeunes montagnards attirés par une vie meilleure vont venir grossir les rangs des mineurs ou aller travailler dans les usines. Un mode de vie nouveau basé sur l'argent va donc se développer et renverser la vieille organisation sociale et ceci de façon très rapide : à peine vingt ans.

Peu avant 1920, la radio fait son apparition dans les montagnes et des programmes musicaux destinés plus particulièrement à la population locale, basés sur la musique de la région, voient le jour. Ces programmes connaissent un vif succès et décident les compagnies discographiques du Nord à se pencher sur cette musique.

The Freighthoppers, old time music.
The Freighthoppers, old time music.
La ville de Galax, Virginie, célèbre pour ses rencontres et festivals autour de la musique old time.
La ville de Galax, Virginie, célèbre pour ses rencontres et festivals autour de la musique old time.
Bruce Molsky and the Mountain Drifters. Bruce Molsky (fiddle), Alison Degroot (banjo), Stash Wyslouch (guitar).
Bruce Molsky and the Mountain Drifters. Bruce Molsky (fiddle), Alison Degroot (banjo), Stash Wyslouch (guitar).

Le développement des Stringbands.

La radio et le disque ouvrent une ère nouvelle pour la musique du Sud. Les années 1924 à 1930 vont voir l'explosion de la musique old time. Grâce à la radio, la population des Appalaches et ses musiciens sont mis au contact de musiques nouvelles : le blues, le jazz, les chansons sentimentales, des vaudevilles. Tous ces ingré­dients mélangés avec les vieilles ballades et les anciens airs de danse vont donner naissance à une musique nouvelle mais pas tellement différente, le montagnard ayant la faculté de mettre à sa sauce toutes les musiques passant à sa portée.

Nous avons déjà vu de quelle façon la guitare avait transformé la vieille musique. Un autre instrument va en subir le contrecoup, le banjo. Le vieux style «clawhammer» n'était pas adapté aux chansons lentes et aux airs bluesy. A partir du style à deux doigts du Ken­tucky et du style « classique » des vaudevilles, un banjoïste de Caroline du Nord, Charlie Poole, va créer un nouveau style à trois doigts, le pouce jouant la mélodie et le bourdon, le majeur et l'index jouant en arpèges (rolls) à partir de positions d'accords, ce qui permet d'accompagner pratiquement n'importe quoi. Parmi le foisonnement de groupes qui voient le jour à cette époque, celui de Gid Tanner & The Skillet Lickers fut aussi l'un des plus copiés. Les solistes et les duos étaient moins nombreux mais il ne faut pas oublier Clarence Ashley, Buell Kazee ou Doc Boggs, tous très bons banjoïstes et les duos guitare-violon de Whitter & Grayson, violon-banjo de Burnett & Rutherford et beaucoup d'autres qu'il serait bien trop long d'énumérer.

La dépression.

La grande dépression de 1928 marquera la fin de cette ère dorée des stringbands. La crise passée, le paysage avait complètement changé, on s'acheminait vers la notion de vedettariat, les meilleurs exemples en sont la Carter Family et Jimmie Rodgers. Les groupes de cette époque utilisent beaucoup plus la guitare et le dobro ainsi que la mandoline, et la musique était beaucoup plus bluesy. Les meilleurs représentants de cette période, outre ceux cités plus haut, sont les Monroe Brothers. A partir de cette période, les groupes sont pratiquement tous vocaux à l'inverse de la première époque.

Ainsi donc, peu avant la seconde guerre mondiale, la vieille musique des Appalaches devenue commerciale, va prendre deux directions, la musique country commerciale de Nashville dont le précurseur était Jimmie Rodgers, et une musique qui restera old time mais beaucoup plus structurée, j'ai nommé le bluegrass.

Page rédigée par Claude Vue

Accueil  |  Contact & Infos