Bluegrass in La Roche

C'est le nouveau nom du festival à La Roche-sur-Foron.

En savoir plus au www.larochebluegrass.org

Ou sur notre page Facebook.

Commentaires

  • N'ayant pu me rendre à La Roche, j'aurais néanmoins aimé en sentir l'ambiance au travers de témoignages, de photos ou autres de collègues qui y étaient! Patatras... le site dédié au bluegrass en France n'en fait pas même écho!

    Cela devient désolant.. J'ai vraiment l'impression que ce site est en train d'être "torpillé" : plus d'articles de fonds, participation au forum quasi réduite à 5 ou 6 afficionados, création de site en parallèle ( jam hall).

    J'aurais vraiment apprécié qu'un effort tout particulier ait été fourni pour "couvrir" le festival qui est quand même la vitrine de notre musique préférée!

    Faut croire que FBMA a mieux à faire...

    Bien déçu, mais haut les coeurs

    Phil

  • Bonjour Phil57

    Avec Grassmat' on s'est demandé si on t'avait loupé au festival ou si c'est toi qui avait loupé le festival. Nous avons la réponse.

    J'ai prévu (et même commencé) un article pour le site du Cri du Coyote aussi je ne m'étendrai pas longuement sur le contenu du festival. C'était une bonne édition. Entre la densité du programme et la chaleur, il n'était pas possible de tout voir. Personnellement j'ai dû voir la moitié des concerts "officiels" soit beaucoup moins que d'habitude.


    Comme il serait beaucoup plus rapide de citer les déceptions que les réussites, je m'abstiendrai de citer des noms... Je vais passer du temps sur mon article pour le sortir le plus vite possible. On pourra discuter à partir de là. La bière IPA de la brasserie du Mont-Blanc fait partie des réussites (à condition de consommer avec modération)

  • " Tout " se passe maintenant (hélàs) sur Facebook et les diverses pages d'associations, de groupes, d'organisations officielles et autres groupements ( j'ai failli écrire "groupuscules " !😅 c'est mon côté taquin dont je n'arriverai jamais à me défaire - mais pas envie non plus !)

    Mais cette année encore plus que les précédentes, il y a néanmoins moins de choses, la notion de partage se perd de plus en plus, on est dans l'entre soi & l'auto-congratulation , et à mon humble avis , c'est bien parti pour durer !

    Je n'ajouterai rien sur FBMA en tant que telle , le site , le forum et les organisations parallèles, j'ai déjà fait part de mon sentiment , j'ajouterai simplement que c'est un gâchis monumental dont les principaux responsables n'ont peut-être même pas conscience eux-mêmes ( ou se refusent d'en parler pour certains )

    On pourra en discuter éventuellement ...

    Skip😎

  • Hello Dom

    J'avais prévu d'aller à La Roche mais un contretemps- non fâcheux- m'a fait zapper la réunion! J'attends tes commentaires avec impatience et donc le n° du cri qui les contiendra! J'eu également été très heureux de vous rencontrer le gars Grasmat et toi... de visu ,Bah, ça sera pour une autre fois!

    J'ai pu entendre deci dela quelques prods du festival qui, pour l'instant, ne m'ont pas emballé, je dois l'avouer.... j'ai quand même du mal avec le Flamengrass car si les artistes sont de très bons musiciens, le concept me "laisse froid". A quand le tangograss, le musettegrass, le fadograss... j'en passe et des meilleures. Ceci dit, mon avis est très subjectif et sans doute lié à mon âge et mes oreilles trop engluées de rythmes et harmonies "from USA" - que celle-ci soient trad ou plus new d'ailleurs.

    Voilà donc, j'espère que vous avez passé du bon temps à La Roche et bravo encore à Christopher qui rend cela possible. Quand à la bière... j'en resterai pou rle moment à la KRO 0.0% ( fait trop chaud pour l'alcool).

    A bientôt donc de vous lire.

    Pour le reste de mes commentaires, je n'en ajouterai pas plus et corrobore bien entendu les propos de l'ami Denis😉

  • Description assez complète. Je ne sais pas qui est Michael Luchtan. C'est malheureusement le seul article de Bluegrass Today qui mentionne le décès de Anthony Hannigan.

  • Michael Luchtan est un Américain qui vit à Barcelone où il fait un doctorat sur les liens entre les différentes musiques traditionnelles (ou quelque chose comme cela). Ce qui explique pourquoi il en dit le plus sur le groupe de Lluis Gomez.

    Son fils faisait partie du Kids on Bluegrass.

  • 30 août modifié

    Envie de partager cela avec vous. Même si je me plante sur la voix la première fois. Petite excuse, 2 minutes avant de monter sur scène j'étais en train de traiter un problème (pas grave) avec un autre groupe et ma tête n'était pas complètement dedans.

    Néanmoins, ce fut un grand moment pour moi et c'est pas trop mal. Et Rapidgrass intègre ce medley de Pink Floyd dans leur set chez eux maintenant.

    Moi avec Rapidgrass et Pink Floyd.

    PS D'autres films vont suivre bientôt. Filmés par Jo et Alice Gaucher.


  • C'est certain qu'en video au calme on entend les défauts. Mais en direct ce soir là ça m'a énormément plu.

  • Un compte-rendu du festival 2022 est paru sur le site du Cri du Coyote

  • Merci pour le partage ici !


    Skip😎

  • 27 oct. modifié

    Il y a beaucoup d'éléments qui contribuent à la réussite du festival, dont un est l'incontournable présence de Dominique au festival, en amateur de Bluegrass, en membre du jury (les années du concours), en ami de tous les bluegrasseux et, surtout, en sa capacité officielle de journaliste.

    Pour moi, le festival ne peut être clos tant que l'article de Dominique pour le Cri n'est pas paru.

    Cet article me permet de définitivement tourner le dos sur 2022. J'apprécie tous les aspects de son journalisme en partant de sa connaissance encyclopédique de l'univers Bluegrass à sa compréhension des toutes les finesses du Bluegrass sous toutes les facettes - dont le jeu de mandoline de Radim Zenkl à 2 doigts !!!

    J'apprécie également sa franchise dans les commentaires sur les groupes, qui permet de savoir quand il dit du bien d'un groupe que c'est vraiment bon, en évitant les quelques phrases clichées pour aménager les copains.

    Merci Dominique pour cet article. Je suis content de savoir que la fin t'a incité à revenir en 2023 - prog en cours.

    Pour la fin, il est vrai que ça a terminé en queue de poisson. Le groupe voulait remonter mais a hésité. Les émotions étaient fortes. Nous venions d'apprendre le décès d'Anthony le matin même. Il nous a semblé bien qu'il parte pendant le festival qu'il affectionnait tant. Comme ça nous avons se souvenir de lui et lui rendre un hommage tous ensemble. 24 heures plus tard nous aurions été chacun de notre côté. Annaëlle, qui était sur scène à ce moment là, a même été chez lui en Pennsylvanie.

    Le temps de se décider de remonter pour un dernier morceau, il était trop tard.

  • Merci Christopher pour ce commentaire (et ces compliments, - ça ne me met pas très à l'aise d'écrire ça mais appelons les choses par leur nom).

    Je ne sais pas bien ce que tu entends par "capacité officielle de journalisme" (il y a peut-être du faux ami entre l'anglais et le français dans cette expression) mais je ne fais acte de "journalisme" que quelques jours par an, principalement à La Roche sur Foron, et ça n'a rien d'officiel, sauf à avoir la confiance du rédacteur en chef du CRI DU COYOTE, Jacques BREMOND, et une accréditation de la part du festival, c'est-à-dire, de toi-même.

    Le festival est bien difficile à couvrir pour un journaliste amateur et occasionnel. Encore plus cette année avec la seconde scène en ville et la chaleur (et des pépins de santé personnels), il faut faire des choix. D'habitude, j'assiste à 80 ou 90 % des prestations. Cette année, c'était 50 % seulement. Heureusement que je peux compter sur Alain KEMPF pour quelques compléments. Il fut une époque où j'emmenais un magnéto pour enregistrer une éventuelle interview. J'ai renoncé. Je ne l'ai fait qu'une fois (avec LE CHAT MORT) et c'était frustrant. Il faut courir après les artistes, renoncer au concert qui se déroule pendant ce temps-là et composer avec les contraintes diverses (il est très difficile de s'isoler, phonétiquement surtout, au sein du festival). Dommage mais il est plus facile aujourd'hui d'interviewer des artistes par e-mail (ou en visio) qu'en direct. Tout ça pour dire qu'il y a des aspects frustrants dans cette occupation mais, pour qqu'un qui comme moi, commence à avoir la mémoire bien encombrée, ça permet de réactiver des souvenirs agréables dans les mois et années qui suivent sans tout mélanger. C'est pour ça que je n'hésite pas à entrer dans le détail du répertoire. Quant à mon appréciation, je regrette d'être le seul à la donner, sauf à ce qu'il y ait un article dans THE BLUEGRASS TIMES (mais il fut des années où c'est moi que rédigeais les deux comptes-rendus, dans BGS TIMES et dans LE CRI DU COYOTE). C'est l'avis d'une personne sur une prestation et il est donc à fortement relativiser, même s'il se veut le plus objectif possible. L'artiste peut être dans un mauvais jour et l'auditeur dans de mauvaises conditions pour recevoir la musique proposée. J'essaye toujours de faire ressortir les qualités, même quand la prestation n'est pas satisfaisante, et de justifier mon avis (il m'arrive aussi fréquemment de le confronter avec mes voisins du public ou dans des conversations post-concert) mais on n'est ni à l'école des fans ni dans des tournées de promo télé ou radio où il faut donner l'impression que tout ce qui sort est de qualité, alors j'écris ce que je pense - tout en y mettant le maximum de formes quand j'ai des réserves sur la qualité d'un concert.

    Je suis ravi que mes articles plaisent aux organisateurs du festival mais je ne les remercierai jamais assez de me permettre d'avoir accès à autant de bonne musique et de faire autant de découvertes. Rendez-vous est pris pour 2023.

  • Pour ce qui est de revenir pour un dernier morceau, à mon avis, il n'aurait jamais été trop tard (tant que la sono était montée au moins)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.